Un été sans peur hover background

juin 27
2014

Histoire, Saga…

Je me suis demandée comment fêter l’été cette année. J’avais envie de fêter cette saison exaltante, tournée vers l’extérieur ! Aussi parce que Heuliad a tout juste 1 an, et cette année de naissance a été riche de défis, de rebondissements, et la suite promet de l’être aussi ! J’en parlerai dans mon prochain article…

Peut-être vous rappelez-vous que Heuliad signifie « Film, Roman, Episode, Cycle » ? C’était pour traduire l’idée que prendre soin de soi, s’épanouir, rêver sa vie et vivre ses rêves, c’est toute une histoire, tout un scénario à inventer, à écrire, toute une série de gestes, d’intention, de courage pour avancer et être heureux – heureuse – .

Nous voguons tous sur ce flot intense qu’est la vie et chacun à sa façon inspire les autres, éclaire les autres, aide les autres. Ma passion ce sont les cosmétiques, c’est donc par eux que j’apprends et que je transmets ce qui me fait avancer. Une crème Heuliad suggère une certaine idée de la vie et c’est cela que j’offre aux autres. D’autres utilisent l’art, et parmi ces autres, il y a Jean-Philippe Touzeau.

Je le suis sur son blog très pertinent et original « révolution personnelle », j’ai suivi aussi un de ses Cloudbrainings (Forum et formation en ligne)de développement personnel. J’ai observé aussi qu’il s’était lancé dans l’écriture d’un roman, d’une saga dirais-je même :  « La femme sans peur ».

Là j’ai senti qu’il y avait une énergie particulière dans l’air. Je me suis dit que quelque chose serait possible, je ne savais pas encore quoi. J’ai donc lu son roman. C’est ainsi que j’ai su…

Une idée sur mesure !

Comme une évidence …
Je me suis parfaitement retrouvée – Heuliad par la même –  dans cette histoire qui se déroule sur plusieurs épisodes, une histoire de femme, une histoire de peurS qui n’existent plus, une histoire d’Amour en filigrane, une histoire qui parle de nous, une histoire parfaite à lire pendant nos vacances : j’avais tous les ingrédients pour fêter l’été avec vous !

Le livre « La femme sans peur » serait le cadeau de l’été, le cadeau des 1 an !
Un cadeau inspirant et déstressant comme une après-midi au bord de la mer, les pieds dans l’eau, un livre à la main, la tête dans l’imaginaire qui devient réalité …

Comment recevoir ce livre ?

Ce livre est la spirale 1, qui réunit donc 3 tomes de la série. 600 pages, et déjà 31000 lecteurs !

Le pitch : « Imaginez une seconde que l’on vous propose de prendre une pilule et que cette pilule vous permette d’effacer, pendant 24 heures, toutes vos peurs et vos doutes. L’accepteriez-vous ? Une petite pilule blanche en échange d’une confiance en vous inébranlable, comme vous n’en avez jamais fait l’expérience. La prendriez-vous vraiment ? Et si, en plus, la personne qui vous l’offrait, était un chercheur réputé, travaillant pour l’un des plus grands laboratoires pharmaceutiques au monde ? C’est à cette question que va devoir répondre Trinity Silverman, une jeune femme ayant tous les signes extérieurs d’une carrière à succès mais qui, intérieurement, est torturée, par justement, ces doutes et ces peurs venant de son enfance. La décision que Trinity va prendre, l’entrainera dans une aventure inattendue, pleine de rebondissements à la recherche d’elle-même et, où ce qui parait être la réalité, ne l’est peut-être pas. »

Il sera offert aux 25 1ères commandes de soins Heuliad, quelque soit le montant de la commande. Cette offre sera valable jusqu’au 22 juillet 2014, dans la limite de 25 livres disponibles, valeur du livre : 15.24 €.
Les soins Heuliad se commandent sur la boutique Terrasens. Une commande validée sur Terrasens doit contenir un soin Heuliad pour entrer dans le cadre de cette offre d’été.
Les livres seront envoyés séparément,dès le 23 juillet 2014.

Ce serait aussi généreux de partager cet article sur Facebook, ou Twitter, ou Google+ pour que cet article parcourt la Terre entière, que « la femme sans peur » vienne illuminer beaucoup de soirées d’été ou d’après-midi détente ! Je vous en remercie d’avance de tout coeur.

 

 

la femme sans peur jean-philippe touzeau

 

Rencontre en ligne

Si nous faisions plus connaissance avec Jean-Philippe Touzeau ?

Il est atypique et bien suivi sur la blogosphère, il a parcouru le monde, entre Japon et Etats-Unis, cela lui donne cette liberté de sortir du cadre, d’être LUI tout simplement. C’est un scanneur (définition dans ses réponses, ci-dessous!), un ninja aussi pour rire, généreux et altruiste, un jeune père de famille, qui a beaucoup à partager et à nous transmettre  !
Je lui ai posé des questions pour vous donner envie d’aller regarder du côté de son univers…

jptouzeau

1- Jean-Philippe, quel sens tu donnes à ta vie ?

J’aimerais bien être un passeur de douceur, en tout cas, c’est quelques chose vers lequel je tends. Bon, au risque d’en décevoir beaucoup, cela n’a rien à voir avec les bonbons et les fraises Tagada. Encore moins avec le nougat ou les pralinés. (Je sens à cet instant beaucoup de déception parmi ceux et celles qui lisent cet article…)

Désolé de faire mon intellectuel mais un passeur de douceur est quelqu’un qui, à sa manière, met un sourire (fut-il virtuel) sur le visage d’un autre. Personnellement, j’essaie de le faire avec mes mots. Pas parce qu’ils sont beaux ou ciselés en des poèmes savoureux mais tout simplement à travers les histoires que je raconte.

Je tente, avec mes récits, de poser des questions, de secouer les esprits endormis ou abattus, de les encourager à s’interroger sur leur situation. Je voudrais que chacune et chacun comprenne qu’il est toujours possible de s’améliorer, de rêver, d’avancer vers un soi meilleur.

Être un passeur de douceur est une tâche à la portée de chacun. Tout le monde la réalise au moins une fois dans son existence, par un sourire, un geste ou une parole. C’est ce qui nous rend plus humain, quoique les animaux pourraient nous faire la leçon dans ce domaine.

2- Comment est née cette histoire de « Femme sans peur » ?

La peur existe qui nous tenaille et nous bloque. Si pendant l’enfance, les parents n’ont pas pu ou su faire le travail nécessaire pour développer la confiance en soi, on se retrouve à l’âge adulte dépendant des autres et de leurs jugements. Qui dit juger, dit se mettre au-dessus de l’autre, qu’il soit son partenaire de vie, son ami-e ou son collègue de travail.

Cette peur, j’ai voulu “jouer” avec en imaginant une pilule qui permettrait de l’effacer et qui serait un révélateur de notre vraie personnalité. Je suis parti d’un bout d’histoire vraie que j’ai attrapé et retravaillé à ma façon. Ainsi est née Trinity Silverman, une héroïne comme vous et moi, aux prises avec ses peurs. La série suit son évolution personnelle dans le cadre d’un thriller où, face à des forces bien plus fortes, elle doit se révéler ou “disparaitre”.

Et puis, pourquoi une femme ? Par respect pour vous, qui œuvrez sans broncher, alliant une carrière familiale et très souvent professionnelle. Papa d’un bébé de 5 mois, je le découvre encore plus aujourd’hui. Parce qu’aussi, à l’échelle globale et comparé aux hommes, les femmes fournissent la part la plus importante du travail de l’humanité (66%), pour des revenus ridicules (10%).

3- Peux-tu nous raconter ton expérience de « Scanneur » ?

J’ai découvert cette notion de “scanneur” il y a quelques années aux États-Unis. C’est quelqu’un qui ne veut pas se focaliser sur une seule chose. Cela peut être durant la même journée ou alors, à l’autre bout de l’échelle, pour le restant de ses jours. Une vocation est tout à fait respectable mais je pense que la plupart d’entre nous avons des intérêts multiples et variés.

Avant, cette capacité était prisée, on le voit à travers l’Histoire où ces scanneurs aux multiples connaissances étaient mis sur un piédestal. On le remarque facilement chez les anciens Grecs ou, plus proche de nous, avec Léonard de Vinci. Les temps ont depuis bien changé et la société moderne nous pousse à devenir des spécialistes pointus, à faire de nous des experts dans un domaine, c’est tout.

Il en faut et il y a des gens qui adorent ça, tant mieux. Et les autres ? Ceux qui comme moi veulent toucher à plein d’autres choses passionnantes ? La société ne les accepte pas et les considère comme des raté-e-s. Ainsi, il est extrêmement difficile de s’épanouir si l’on a de multiples intérêts. Alors, soit on abandonne toutes ces pistes passionnantes et on étouffe dans le carcan d’un boulot alimentaire, soit on se rebelle.

Personnellement, j’ai toujours essayé de travailler dans des domaines où il n’y avait pas de routine, histoire de garder ma curiosité intacte. Et puis, même comme cela, c’est devenu un carcan. Alors j’ai fait le grand saut et je suis devenu indépendant.

Indépendant de quoi ? Des diktats qui existent sur nos cadres de vie et qui nous disent que nous devons vivre ainsi et pas comme ça. Heureusement, l’avènement d’Internet a facilité cette transition. Elle m’a permis de découvrir beaucoup d’autres dans la même situation que moi et aussi, de me créer un cadre de vie sur mesure où je peux donner libre court à toutes mes passions.

C’est à ce moment là que je me suis remis aux bonbons, aux fraises Tagada et surtout aux pralinés. (Là, je sens que je vous intéresse à nouveau…)

4 – Quelle est ta citation préférée ? et ce qu’elle évoque pour toi ?

“Cur non ?”
(En français “Pourquoi pas ?”) est une citation latine qui m’accompagne depuis de très nombreuses années. Elle était la devise de La Fayette et je me la remémore régulièrement pour ne pas oublier que la seule personne qui puisse me stopper dans mon existence, c’est moi.

Si quelqu’un me dit non, je fais quand même (rebelle toujours !) quitte à échouer et à apprendre de mes erreurs. Je pense qu’il devrait en être ainsi pour toutes et tous. Les Français vivent dans une société ultra-protégée où un pessimisme chronique étouffe tout. Où se cache la passion et la créativité ? Sans elles pas de progrès, juste une mort à petit feu.

Et puisque tu m’as demandé une seule citation, je vais encore faire mon rebelle en t’en offrant une seconde (et toc !) de la part d’Albert Camus, dont je partage tant la philosophie :

“Créer, c’est vivre deux fois.”

Voilà, tout est dit. :)

 

Pour retrouver Jean-Philippe Touzeau :
Son blog : Révolution personnelle
Le site de son livre : La femme sans peur

 

Merci Jean-Philippe !
Je te souhaite plein d’inspiration pour écrire la suite de la femme sans peur ….
Nous, nous sommes prêt(e)s !

A vous de jouer pour gagner ce livre palpitant et entrer dans la ronde des femmes sans peur !

Crédits photo : fotolia

4 commentaires

  1. Jean-Philippe
    juillet 1st, 2014 0:07

    Merci infiniment Élise de t’intéresser à mon travail et de me donner l’opportunité de partager mes histoires avec celles qui savent où trouver de fabuleuses crèmes. 😉

    Elles ont de la chance de t’avoir car non seulement tu les gâtes par tes actions (ton ikigaï) et en plus tu le fais avec talent et élégance. Quel chance j’ai de pouvoir collaborer avec toi sur ce jeu. :)

    Bonne chance et bonne lecture à toutes !

    Répondre

    • Elise Le Pallabre
      juillet 4th, 2014 9:48

      Merci infiniment Jean-Philippe ! ce que tu apportes comme message aux femmes est immensément précieux, je suis heureuse de contribuer à passer le message, auquel je crois aussi à travers mes crèmes ! Une belle synergie entre nous…. Merci !

      Répondre

  2. Coralie
    juillet 9th, 2014 21:06

    Si je figure dans les 25 premières commandes, je serais heureuse de recevoir le livre sous forme papier. Quant à ce que je ferais si j’annulais mes peurs, je divorcerais sur un claquement de doigts !…

    Répondre

    • Elise Le Pallabre
      juillet 16th, 2014 13:31

      Et bien c’est dit Coralie ! Vous êtes sur la liste des heureuses gagnantes de la femme sans peur ! Je vous souhaite que tout s’harmonise dans votre vie…

      Répondre

Ajouter une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *