L’art de la facétie hover background

juil 01
2016

L’heure de la facétie

Heuliad va avoir 3 ans cet été, c’est un âge tendre et facétieux à la fois. Tendre parce que tout est encore à créer : grandir dans ce monde d’aujourd’hui nous met dans une fragilité sans nom.

Facétieux parce que l’insouciance des débuts n’a pas encore tout à fait disparue, elle reste en embuscade et cherche toutes les occasions possibles d’exister. Elle ne peut s’empêcher de mettre un peu de légèreté, d’utopie dans ce contexte économique et règlementaire peu attrayant à bien des égards.

Au bout de 3 ans, il faudrait penser à entrer dans la cour des grands. Est-ce que nous y sommes forcément prêts à 3 ans ? Moi qui suis plutôt du genre précoce, j’ai cette fois envie de dire non. J’ai peut-être peur, c’est peut-être une fuite, mais si je ressens une non-envie d’y aller, c’est que le mieux pour moi c’est de regarder le sens que cela a.

 

heuliad bretagne 2016

Anti-conformiste

Je me souviens avoir demandé à une amie d’enfance, comment elle me perçevait quand j’étais avec elle au collège. Je vivais de mon côté du harcèlement scolaire, avec une estime de moi carrément dans les chaussettes. Des années après quand je lui ai demandé comment elle avait vécu cela de son côté, elle m’a dit m’admirer pour mon côté anti-conformiste, cette façon d’assumer de faire les choses à ma façon.

Je suis restée bouche-bée. Je ne m’attendais pas du tout à cette réponse. Quand on sait à quel point on a souvent besoin d’être comme tout le monde au collège, je n’en revenais pas d’avoir ce feed-back là.

Cela montre bien je crois que notre nature est là depuis le début, nous mettons juste le temps qu’il faut à s’en aperçevoir : nos talents, nos rêves, nos atouts, nos défauts sont là depuis le début, nous ne faisons qu’apprendre à les reconnaître et à jouer avec.

La chance du débutant.

Depuis le début de l’année je vis des galères dans les coulisses de Heuliad. La règlementation, les étiquettes, les flacons, les changements (unilatéraux) de conditions commerciales des fournisseurs, les frais majeurs que cela occasionne et qui ne sont pas à ma portée. La chance du débutant, vous connaissez ?

Heuliad est née en 2013 avec une chance quasi magique : les aides, les financements, les solutions à mes exigences de qualité sont arrivées avec fluidité, les facilités pour faire de petites productions, aussi.

A présent cela se complique, je suis comme les autres entreprises face aux complexités de tout bord, rien de très original de ce point de vue. Je suis juste face à 2 directions, et l’envie d’en créer une 3ème…

La 1ère direction

C’est entrer dans la boucle de la recherche d’investisseurs, d’associés, de salariés, de distributeurs étrangers, d’aides pour participer à des salons partout, ici et là, et de facilités bancaires pour produire plus, beaucoup plus, choisir des fournisseurs de plus gros calibre, adapter mes formules (refaire tous les tests et dossiers règlementaires), quitter mon association qui conditionne mes petites productions, négocier des contrats, faire signer des contrats, augmenter de façon majeure mes tarifs, pour ne pas dire doubler. Très peu de choses dans cette liste sont des activités que j’aime faire… et puis rentrer dans la boucle implique de …. tourner en rond assez rapidement, non ?

La 2ème direction

C’est arrêter. Au RSA je n’aurai plus ces questions à me poser, (mais j’en aurai d’autres certes !)

Aucune de ces solutions ne me fait plaisir, ne me motive, ne m’encourage, ne me fait chaud au coeur (signe pour moi que je suis sur le bon chemin)
J’ai déjà entre-aperçu ces pistes par le passé, la course au chiffre d’affaires, la gestion de crises, la conquête non pas de l’ouest mais de la réussite, « c’est très surfait » comme dirait je ne sais plus qui. C’est usant et mauvais pour la libido (humour…..)

Alors comment je tiens le cap de regarder devant, de tenter autre chose, une 3ème voie ?

Sourire pour ne pas souffrir

Aujourd’hui quand une nouvelle compliquée arrive à moi, je pose le téléphone, le crayon ou la souris, et je fais faire un tour à la mer ou je me mets à une activité agréable. Je fais une chose que j’aime bien faire, qui me fait du bien. Jamais (ou rarement) les décisions importantes ne se prennent à brûle pour point, ou plus précisément sous le coup de la colère ou de l’amertume.

Je reviens aux fondamentaux : quelle vie je veux avoir au quotidien, qu’est ce que j’ai envie d’apprendre, de vivre, quelles valeurs je veux expérimenter pour de vrai ? Quelles personnes m’inspirent, quels projets m’épatent ?

Aujourd’hui j’ai confiance que je suis toujours sur mon chemin, que ce que je vis a toujours quelque chose à m’apprendre, que si je veux avancer différemment, ma boussole , l’unique, la seule à mes yeux c’est  : la joie.

J’ai trop fait les choses par devoir, loyauté, ou habitude pour perdre de vue cette boussole que je souhaite maintenant passer sur le devant de la scène : la joie.
Si les perspectives que j’ai ne me font pas sourire aujourd’hui, je pourrais bien assez vite en souffrir… alors je passe mon chemin pour rencontrer des perspectives plus joyeuses, quitte à sortir des sentiers battus, des croyances et dogmes limitants.

Au final depuis le début de l’année, j’ai décidé 3 choses :

1- Je suis allée au bout d’ un nouveau soin : le sérum facétieux.

Je me suis concentrée sur ce que j’aime faire, composer des soins vivants et porteurs de sens. Je le dédie aux femmes (et aux hommes, mon mari l’adore alors tout est possible !) qui ont envie de vivre une vie intense et légère à la fois. Ce sérum encourage à jouer de qui nous sommes  (à accepter ses défauts, qui ont tendance à être de vrais atouts à bien y regarder…), à profiter de la vie, à réaliser ce qui nous tient à coeur, même si le contexte est peu favorable.

Le sérum facétieux c’est notre enfant intérieur qui a envie de s’amuser même devenu grand, qui a cette certitude que le bonheur est aussi pour nous, à portée de main, que la chance est là aussi. Le sérum facétieux a le sourire, c’est un vrai aimant à belles expériences. Il sait que le parachute ne s’ouvre qu’une fois que l’on a osé sauter, qu’après la peur, il existe une vibration époustouflante. Le sérum facétieux sait que c’est possible, il nous le susurre au jour le jour.

SERUM FACETIEUX HEULIAD

2- Je suis allée vers les autres .

J’ai accueilli d’autres marques sur Terrasens, j’ai échangé et relativisé mes galères, j’ai même refait une beauté au site parce que la beauté se joue là aussi. J’avais envie d’ inspirer un plus encore cette douce gaieté qui m’est chère : Je vous invite à venir voir à cette adresse ce que cela donne !

www.terrasens.fr

Je vais aussi rejoindre la colloc en Septembre : un espace de bureau partagé à Lorient, où je pourrai venir chaque matin en bateau navette ! une centaine d’entrepreneurs, des ateliers, des formations, une valeur affichée de « bonheur au travail », un vrai cocktail positif, j’ai dit oui !

3- Mon site personnel est prêt.

Un site dédié à la cosmétique sur mesure, aux nouveaux concepts cosmétiques, et à des prestations de conseils pour partager avec d’autres marques des astuces et facilitations que j’ai découverte ces dernières années.Pour que chaque marque invente un modèle qui lui convienne, je vais proposer un accompagnement qui insuffle d’aller au bout de son idée, de son rêve.

En collaborant avec d’autres marques, une autre des ressources possibles c’est la mutualisation… Si un ingrédient devient inaccessible, on peut peut-être se le partager… et réfléchir à des solutions pour exister « out of the box ». Si une matière première ne présente pas toutes les garanties, à plusieurs marques nous pourrions aider un producteur à émerger et à exister sur ce marché ultra-règlementé : la biodiversité est une chose bien précieuse, c’est très motivant d’y contribuer.

Puisque les surprises et changements sont nombreux dans ce métier, faisons en sorte d’apprendre les uns des autres.

J’ai beaucoup pensé à vous aussi, à comment prolonger l’expérience Heuliad. Je mise sur le fait d’aller encore plus loin dans l’innovation et le soin naturel. Sur ce nouveau site, je vous réserverai des cosmétiques de haute voltige à un tarif doux. J’ai trouvé une idée pour cela, mais chut,  c’est encore non-officiel.

 www.eliselefrapper.com

Je vous souhaite un bel été sous le signe de la facétie…. Amusez-vous, allez vers ce qui vous fait vibrer !

Quand j’oublie ce qu’est la joie, la fluidité, la simplicité, je regarde mes filles, les enfants. Qu’ils sont beaux quand ils s’amusent, comme il nous envoie une énergie inouïe …

A tout bientôt !

 


 

 

LE CONCOURS PHOTO 2016

Cet été, si vous gagniez un soin Heuliad ?

Le concours photo estival reprend…
A vous de jouer pour m’envoyer une belle photo de soins Heuliad dans le décor qui vous inspire, ou la destination de vos vacances !
Envoyez-moi vos photos avant la fin Août 2016, à cette adresse : elise[a]terrasens.fr
Attention je ne pourrai pas sélectionner les photos floues ou les photos qui ne montrent pas un peu au moins la marque Heuliad.

Elles seront publiées ici : https://fr.pinterest.com/byEliseLF/
Je choisirai le 1er septembre la photo gagnante ! et le soin Heuliad de votre choix sera envoyé à la gagnante ou au gagnant…

J’ai hâte de découvrir vos créations, de partager avec vous le souffle vivifiant de Heuliad !

BB CREAM HEULIAD

 

 

 

Ajouter une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *