Etre une femme libérée… hover background

juil 08
2014

Tu sais c’est pas si facile !

J’ai connu Valérie Viglione en Bretagne et c’est depuis qu’elle est en Guyane que j’apprécie davantage encore sa longueur d’onde. Elle a parcouru un grand chemin, tant sur la planète que pour se connaître et exprimer qui elle est vraiment. Elle revient en Bretagne cet été, et va animer un stage sous le signe de la féminité,  de son expression vraie, et je tenais à partager avec vous sa vision, son expérience.

Elle s’est formée en communication relationnelle et je suis très admirative des personnes qui se remettent en question en profondeur pour exprimer au quotidien un autre langage, une autre façon de vivre ensemble, qui développent une vraie écoute. Valérie est une de ces personnes que j’admire pour sa persévérance à être de tout son être une femme bien dans sa peau : son enseignement sera précieux, car expérimenté, interactif et tourné vers celles qui seront là.

Je lui ai posé quelques questions, et j’espère que vous aurez envie de mieux la connaître et de la retrouver lors de son passage en Bretagne fin Juillet ou par la suite…

Valérie Viglione - sur Heuliad
Valérie Viglione

Valérie, peux-tu nous dire qui tu es ?

C’est une sacrée question , une question sacrée pour moi ! Se définir dans l’être et non le faire.
Je suis une et multiple.
Je suis une femme de bientôt 47 ans , une maman de deux enfants devenus jeunes adultes, une compagne d’un homme avec qui je partage le quotidien depuis 25 ans, une enseignante dans un lycée de Guyane où je réside depuis 6 ans, une formatrice en communication relationnelle intervenant au rectorat, sur les ondes de radio Guyane et dans des ateliers ou colloques pour diffuser une autre manière de communiquer . Je suis une femme qui soutient les autres femmes, mes sœurs de cœur ou de sang dans leur projets, leurs rêves.
Et je suis une ex petite fille joyeuse, libre, créative car guérie. Je suis une femme qui a su garder son âme d’enfant. Je porte en moi toutes ces dimensions, ce qui fait de moi un être unique, comme chacun et chacune d’entre nous.

Qu’est ce qui te passionne dans la vie?

Depuis l’enfance ce qui me passionne c’est apprendre, transmettre, contribuer, évoluer. A 8 ans je rêvais d’être institutrice parce que j’ai eu l’opportunité de rencontrer une femme d’exception, inspirante. J’exerce donc le métier de mes rêves : professeure d’histoire et géographie.

Des épreuves dans mon existence m’ont permis de devenir une passionnée de la Vie. J’ai pris conscience de la fragilité et de la magnificence d’être en Vie. J’aime être en vie : bouger, vibrer, respirer, danser, courir, nager, escalader… Le mouvement me fait me sentir vivante, vibrante.

C’est ce qui me passionne aujourd’hui transmettre de la Vivance autour de moi, ajouter de la Vitalité. J’aime à me définir comme une passeuse de vie, une magicienne des épreuves. J’ai acquis la capacité à transformer les épreuves de l’existence en défi de vie. Je partage cette croyance avec Jacques SALOME : Ajouter de la Vie à la VIE, c’est le sens de notre venue au monde .

C’est quoi alors la communication relationnelle ? Et à quoi cela sert ?

Jacques SALOME, psychosociologue a mis au point une méthode de communication. Elle s’intitule Méthode ESPERE® . Il ne suffit pas de vouloir pour améliorer les relations, il faut quelque chose de spécifique. Par ailleurs si les mots sont nécessaires ils ne sont pas suffisants. Montrer ce dont je parle peut faciliter la communication. Elle met la relation au coeur dans nos échanges.

C’est une méthode cela veut donc dire, qu’elle se transmet et qu’elle peut s’apprendre à tout âge. Elle part du principe que dans une relation nous sommes toujours trois : moi , l’autre et la relation. Celle ci se visualise par une écharpe.

Le deuxième principe est que chacun est responsable de son bout de la relation . Je suis responsable des mots ou comportements que j’ai à mon bout de la relation. Je suis responsable de ce que je fais avec les mots ou les comportements qui me viennent de l’autre .

Un troisième principe fondamental c’est que la relation est vivante. Si dans la relation circulent beaucoup de messages toxiques, négatifs la relation est polluée ; mais cela a également un impact sur notre estime de nous-même, amour de nous-même, confiance en nous, joie et liberté d’être. La relation nous dévitalise, nous diminue. En revanche si dans la relation circulent beaucoup de messages positifs cela va agrandir notre estime de nous-même, amour de nous-même, confiance en nous, joie et liberté d’être. Nous allons avoir plus de vie.

L’intérêt de la communication relationnelle c’est de pouvoir agir à notre bout de la relation. Nous pouvons ne plus subir nos relations, nous pouvons agir car nous sommes co- responsables. Des outils et des règles d’hygiène relationnelle permettent d’apprendre une autre manière de communiquer. L’enjeu est de gagner de la vivance, de la vitalité, de l’estime de soi, de la confiance et de l’amour pour soi. C’est un enjeu vital !

Peux-tu nous donner un exemple concret d’une communication réussie?

Pour moi il n’y a pas de communication ratée ou réussie. Cela signifierait qu’il y a une bonne façon et une mauvaise. L’avantage de la communication relationnelle c’est que je peux toujours revenir sur la situation . La question a se poser dans tout échange est : est ce que c’est bon pour moi ? Il me semble que c’est la question cruciale en terme relationnel. Est ce que cette relation m’agrandit, me vivifie ou au contraire me tasse, me dessèche ?

Si c’est le cas j’utilise des outils ou des principes pour faire un pas de côté.

Exemple

Je prends un exemple exposé au cours d’un atelier : Un mari et une femme sont à table , les deux ont un point de vue différent sur la pertinence des réparations du véhicule de monsieur. Dans un mouvement d’humeur il lance : « tais toi, t’as rien à dire » !

Le pas de côté si cela arrive une autre fois c’est « OUI pour toi je dois me taire , je n’ai pas à donner mon avis. » L’utilisation de la confirmation est un outil précieux pour sortir de l’affrontement, du rapport dominant/ dominé.

Ce qu’il est possible de faire avec cette situation qui s’est passée, c’est d’utiliser la visualisation externe. Je montre ce dont je parle. C’est la spécificité de cette Méthode : j’utilise donc des objets. J’ai proposé d’écrire sur un bout de papier les mots toxiques et de les restituer en disant par exemple : « Hier soir au diner quand nous parlions des réparations, je t’ai entendu me dire TAIS TOI TU N’AS RIEN A DIRE, je me suis sentie rejetée (il est possible d’utiliser un objet pour montrer l’importance de ce ressenti, cet objet est à garder pour soi) . Ce n’est pas bon pour moi cela blesse l’estime que je me porte. Je te le restitue. Je préfère la prochaine fois t’entendre me dire ce que tu ressens et non que tu me dévalorises pour te faire entendre de moi. »

La principale difficulté est d’imaginer que parce que je change l’autre va changer. Si je communique autrement l’autre aussi va finir par communiquer autrement. C’est une illusion. Il m’a fallu du temps pour intégrer que si je le fais c’est parce que c’est bon pour moi. Je laisse à l’autre sa liberté . C’est un pas vers l’acceptation de l’altérité pleine et entière.

Pourquoi cette journée dédiée à la féminité le 26 juillet ?

J’ai fait de nombreuses émissions de radio et c’était bien souvent des auditrices qui évoquaient leurs problèmes relationnels. Quand j’organise des conférences ou participe à des colloques ce sont souvent des femmes qui se déplacent. Par ailleurs je suis intervenue dans une structure sociale pour femmes en difficulté et j’ai pris conscience que quelque soit l’horizon géographique ou social, bien des femmes souffrent dans leur vie relationnelle.

J’ouvre une nouvelle étape dans ma vie de femme. Je voulais célébrer cette étape  : l’idée de ces journées-atelier durant l’été est née.
L’objectif est de faire un pas de côté pour communiquer autrement et s’honorer pleinement en tant que femme.

Je préfère le groupe à l’accompagnement personnalisé car la puissance du groupe est extraordinaire. Réunir des femmes, ensemble, qui souhaitent sortir des dynamiques relationnelles qui les confinent ou qui veulent mettre plus de pétillance dans leur quotidien . Grâce à l’énergie et à la bienveillance du groupe , chacune peut se ressourcer, s’apaiser, se dynamiser, s’honorer. J’offre mes talents, mes ressources, mes richesses et l’apport de la Méthode ESPERE® pour que chacune puisse s’éveiller pleinement à sa Féminitude.

Quelle est ta citation préférée et ce qu’elle évoque pour toi ?

«Vivre sa vie à pleine vie »
Jacques SALOME

J’ai vraiment conscientisé, intégré que je ne suis pas responsable des aléas de l’existence (séparation, deuils, accidents, maladies). En revanche je suis pleinement responsable de ma graine de vie. C’est à moi et à moi seule qu’il revient d’en prendre soin, de la nourrir, de la cultiver, de la respecter, de l’amplifier. C’est la seule relation dont je suis entièrement responsable. Ma graine de vie a une durée que je ne connais pas…tout le reste dépend de moi.

Merci Infiniment Valérie pour ces éclairages !

Retrouvez Valérie Viglione sur Internet : Site
Son actualité : Journée-Atelier en Bretagne (le 26 Juillet à QUEVEN 56)
Pour réserver : 02 97 05 09 50

Détails ci dessous :

At comm à la maison.001

At comm à la maison.002

Crédits photos : Fotolia, et Valérie Viglione

Pour le clin d’oeil, une reprise estivale : Femme libérée

2 commentaires

  1. Caroline
    juillet 22nd, 2014 18:29

    Merci pour ce partage permettant de découvrir un belle personne mue par la profondeur de l’être.

    Répondre

    • Elise Le Pallabre
      juillet 24th, 2014 8:13

      Caroline, c’est clair que Valérie te plairait, as-tu vu que tu puisses la suivre sur son site AEDRE ? Elle fait de petites vidéos et d’émissions de radio… Merci à toi pour ton message !

      Répondre

Ajouter une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *