Déplaire : le début du succès ! hover background

nov 08
2012

Le ressort originel, c’est d’être aimé…

Tout le monde a besoin d’amour : j’enfonce une porte bien ouverte, soit !  C’est malgré tout une source fréquente de « noeuds »pour nous tous, il y a encore matière à philosopher autour de cette évidence, n’est-ce pas ?

Aujourd’hui j’ai envie d’aborder 2 sources « d’approvisionnement » possibles pour reçevoir de l’amour. Il y en a plein d’autres mais voilà, aujourd’hui ces 2 là se sont faites remarquées… Quand j’écris cela, il s’agit d’admettre que ce sont 2 sujets d’actualités dans ma vie, une actualité qui remonte à longtemps en fait ! alors je partage mes réflexions…

1- La 1ère source, c’est de s’aimer soi-même, et oui vous l’avez déjà entendu ! alors j’ai juste envie de rappeler une petite chose qui mine de rien, en dit long …

S’aimer soi-même peut sembler être une quête abstraite et à long terme, alors dans cette quête, un éléments concret c’est de décider, et de persévérer dans cette décision de ne PAS dire du mal de soi, de ne PAS porter de jugement négatif envers soi. Même pour rire ? oui ! même pour rire, au moins en phase de sevrage !

Avez-vous déjà fait attention à tout ce que nous prononçons comme parole dévalorisante à NOTRE égard ?

Bien souvent il s’agit d’attirer l’attention de cette façon, d’espérer un écho extérieur à nos soucis, une compréhension, un soutien pour compenser nos incompétences supposées. Chercher de l’écoute, de l’éclairage extérieur, de l’aide ce n’est pas interdit ! Cependant il n’est nul besoin de se mettre plus bas que terre pour mériter d’être aidé ou pour attirer l’attention des autres.

Exemple :
« Je suis vraiment nulle, je n’ai rien vu venir : ma fille me ment, elle fait le mur, elle s’est mise à fumer, je n’en peux plus, je n’arrive à rien avec elle »
et vlan, au passage, une claque à notre estime de soi !

Est-ce que finalement une phrase comme :
« Ma fille vit une situation délicate (elle fait le mur etc…), cela me touche et me perturbe beaucoup, je cherche une solution, un éclairage, qu’en penses-tu, tu ferais comment toi ? »

Cette phrase ne permet-elle pas d’arriver au résultat attendu sans se flageller au passage ?
Verbaliser le problème c’est bien souvent faire émerger un début de solution,  donc OUI ! exprimons-nous, mais pas au prix d’un assassinat de notre estime de soi !

Ce petit conseil  pourrait vous amener à croire que vous devez taire vos pensées culpabilisantes ou autoflagellantes (« je suis vraiment nulle !), mais non en fait : il s’agit de les exprimer en prenant du recul, et en vous dissociant des évènements qui vous arrivent.

 

Suite de l’exemple
Vous aurez tendance à vous sentir coupable de ce qui arrive à votre fille, mais ce qui pourrait être plus constructif serait de vous dire :

« J’ai pris conscience du problème, par le passé j’ai pu commettre des erreurs, mais à présent que puis-je optimiser ? Comment puis-je tenter d’autres solutions que celles que je connais ?… »

Ce qui arrive à votre fille est SON parcours de vie, SA vie n’est pas VOTRE vie, ce qui n’empêche pas pour autant VOTRE remise en question pour ce qui VOUS concerne (certaines choses seront à faire par votre fille, et uniquement par elle !). Le défi de chaque parent c’est de faire de son mieux dans le moment présent, avec ses failles, atouts et limites, et de se remettre en question quand cela bloque. Ce que vous n’arrivez pas encore à faire, ne se confond pas avec votre valeur : vous avez de la valeur, et méritez l’amour des autres même si vous ne réussissez pas tout, vous et vos comportements sont 2 choses différentes.

Il ne s’agit pas ensuite de partir vers l’autre extrême : rabâcher haut et fort être la plus intelligente du monde, la plus organisée tout en gardant un « oeil vif » de surcroît – mais sans y croire un mot évidemment – !

 

Notre cerveau, ce héros

Ce petit conseil est là pour nous rappeler que notre cerveau enregistre tout ce négatif. Notre cerveau peine ensuite à nous inciter à aller vers des situations nouvelles, des gens différents, et vers le bonheur tout simplement, tant ce cerveau est chargé de lourdeurs, de préjugés passés, de freins bien ancrés.

C’est comme regarder un film violent ou dramatique, cela donne moins d’ailes humanistes que de regarder un film comme « Intouchables » : la joie passera par nous si nous émettons de la joie donc si nous nous remplissons de joieS en amont…

Nous avons bien des raisons de ne pas savoir nous aimer, notre enfance, nos rencontres souffrantes …. mais aujourd’hui, un début de changement c’est de ne plus alimenter ces vieilles valises.  Petit à petit ces valises resteront à leur place et notre vie suivra plus le chemin que nous décidons de suivre pour être bien.

Donnons à notre cerveau de l’espoir, du positif, de l’encouragement, il nous le rendra au centuple !

 

LEVONS LE MASQUE…

© johanjk - Fotolia.com

2- La 2ème source, c’est d’être heureuse de déplaire.

C’est curieux n’est-ce pas ? vous me voyez venir ? oui !
Déplaire aux uns c’est une chance magique de plaire aux autres
C’est se rapprocher de ce qui nous sommes vraiment.

Au milieu de ce processus :

nourrir l’estime de soi,
être plus bienveillant envers soi,
se respecter en exprimant ses besoins, ses envies,
dire oui ou non avec sincérité,
bref, se positionner pour être au plus près de son bien-être …

C’est se donner une chance de rencontrer des personnes qui nous aimeront vraiment tel que nous sommes . Il y a simplement une réalité collatérale : déplaire à d’ autres. C’est dur au début et puis finalement c’est plus simple : c’est clair au moins, et c’est tellement bon de ne pas faire d’efforts surhumains pour espérer plaire et être aimé. Plaire à tout le monde, la neutralité, la bienséance, tout cela n’attire pas les vrais amis, les vraies histoires humaines.

 

Il suffira d’un signe…

Alors c’est bon signe : déplaire c’est aussi une reconnaissance que nous existons, ce que nous sommes là, et bien là. C’est bien ce que nous voulons non, ne pas être transparente !

Renforcer notre estime est essentiel car cela nous aide à choisir, à décider, à renoncer,et donc garder le fil de notre rêve de vie. Renforcer son estime c’est petit à petit comprendre que nous avons de la valeur, comme tout le monde, que nous sommes légitimes pour réaliser ce qui nous tient à coeur, que personne n’a NOTRE vie entre ses mains.

La vie est courte, vivons ce que nous avons à vivre, tant pis pour ceux à qui cela ne plaît pas. Persévérons pour ceux qui aiment, qui nous aiment, que nous aimons.

Finalement ils sont souvent bien plus nombreux que ceux à qui nous ne plaisons pas…

et Là, enfin quand on renonce à plaire à toute le monde, quand on choisit la vie côté bonheurS, et bien:  les portes s’ouvrent, la voie s’éclaire, la vie nous fait des cadeaux. J’aurais beau l’écrire, c’est une émotion qui se vit dans ses cellules, alors je vous le souhaite du fond du coeur, vivement que vous ne plaisiez pas, et que cela ne vous anéantisse pas ! Vous commencerez ce jour là votre vraie vie, la vie qui est faite rien que pour vous sur mesure, celle qui sera précieuse et inspirante pour ceux qui vous croiseront…

Quelle chance ce sera de vous rencontrer !

A bientôt…

Crédits Photos
© johanjk – Fotolia.com
© bst2012 – Fotolia.com

9 commentaires

  1. Sylvie
    novembre 8th, 2012 17:52

    Alors là… bravo ! Je suis touchée en plein coeur !
    En quelques mots, en toute simplicité, tu nous ouvres les portes du bonheur. La beauté vient de l’intérieur, de l’amour que l’on se porte et que l’on offre aux autres sans tricherie. Merci Elise.

    Répondre

    • Elise
      novembre 9th, 2012 12:26

      Avec plaisir Sylvie ! Merci à toi pour ce bel écho…

      Répondre

  2. Flo
    novembre 9th, 2012 9:46

    Ma chère Elise,

    Très tôt ce matin, une pensée est venue me rendre visite que la seule certitude que nous avons est de mourir. Et, que c’est cela, entre autres, qui nous offre tous les possibles pour croquer la vie à plein dents
    Je me suis demandée pourquoi cette pensée… hier soir, j’ai passé 1h30 de discussions avec mes beaux-enfants (17 ans et 15 ans)à leur redonner de la joie de vivre malgré les épreuves de la Vie.
    Cette article vient alimenter mes propos. Donc, je vais les inviter à te lire. Une personne étrangère à leur environnement aura un autre impact…
    Je tenais à parler d’éviter les paroles négatifs mauvais pour le cerceau mais également à l’environnement. Les paroles sont comme le battement des ailes d’un papillon, elles sont des ondes qui peuvent polluer…
    Mille mercis de cette article dans l’Air du Temps…
    Bises à toi.

    Répondre

    • Elise
      novembre 9th, 2012 13:36

      Bonjour Florence, c’est joli ce nom de « beaux-enfants » quand on y pense… Ce qui compte c’est de semer, alors bravo, tu sèmes en douceur ! chacun est libre ensuite de récolter, et de s’aperçevoir qu’une graine semée avec joie et bonne humeur, donne de très belles choses…
      Merci Florence !

      Répondre

  3. sybille
    novembre 12th, 2012 15:30

    Chère Elise, Etre aimé, je ne sais pas si c’est du ressort originel (je ne comprends pas bien exactement ce que vous avez voulu dire par là), mais pour moi être aimé fait partie de ce qui permet de se sentir vivant(e), tout comme son corollaire Aimé, et c’est aussi les deux choses les plus difficiles qu’il soit tant nos masques viennent brouiller les relations authentiques. J’aime votre exemple de communication non violente qui vient arrêter l’auto-flagellation et reformule de manière à la fois plus douce et plus constructive les pensées et permet d’ouvrir un dialogue avec soi et avec l’autre. Quand à l’idée de déplaire, alors que souvent, très souvent lors de notre éducation, nous avons été confronté à « fais-moi plaisir », « soit gentil(le) » qui anéantissent l’idée de besoins personnel (j’ai rencontré des personnes qui ne savaient même pas ou qui refusaient cette notion!!!), et donc nous ont en quelque sorte formaté pour plaire, c’est pour moi dans le sens de reprendre mon pouvoir et de ne plus le donner systématiquement à l’autre en lui proposant: « aime-moi comme je suis, sinon tant pis…pour toi, je ne ferais pas en sorte de te plaire à tout prix, je n’ai pas à changer qui je suis pour te plaire »…c’est un vrai travail sur soi que d »être dans cette conscience tant nous sommes champion à nous mentir à nous même….de peur de déplaire ;-). Faisons de notre mieux, le « mieux » a cette qualité, c’est qu’il s’améliore sans limite, si ce n’est celle de notre disparition. Belle journée à vous

    Répondre

    • Elise
      novembre 12th, 2012 22:40

      Bonjour Sybille,
      Une beau message sincère et riche d’expériences… Par « le ressort originel c’est d’être aimé », j’ai voulu titrer en disant en fait : beaucoup de nos actions, de nos gestes, naissent d’une envie d’être aimé, et cela date de notre plus tendre enfance, de notre « origine » : l’être humain a ce ressort initial en lui, cette motivation profonde à faire les choses pour plein de bonnes de raisons mais aussi pour être aimé. Même si on apprend petit à petit que cela ne fonctionne pas vraiment comme cela, ce ressort persiste en nous, se joue de nous parfois jusqu’à ce qu’on se décide à aimer ! …
      Je suis bien d’accord, faisons de notre mieux, jour après jour… Merci Sybille !

      Répondre

    • patricia
      novembre 16th, 2012 12:18

      Bonjour Sybille

      juste un petit mot pour vous dire que votre photo est superbe.
      Je préfère nettement celle-ci à la première pour ma part. Je vous y sens plus posée et ce rose fushia vous illumine.
      Bonne continuation à vous !

      Répondre

  4. patricia
    novembre 16th, 2012 12:12

    Bonjour Elise

    En cette période de fêtes à venir, souhaitons donc ce plein d’amour pour les personnes qui en ont besoin, souhaitons leur de le construire en elles et de le nourrir aussi souvent que nécessaire pour oser aller encore plus loin sur la voie qui leur correspond.
    Par expérience, c’est une relation à visiter sans cesse car elle demande beaucoup d’attention. C’est cela qui en fait une aventure fabuleuse de chaque instant.
    Merci pour ce bel article et passez un bon moment de rencontres début décembre.
    Chaleureusement
    Patricia

    Répondre

    • Elise
      novembre 16th, 2012 16:37

      Bonjour Patricia !
      et d’aventures en aventures, de train en train, de port en port…
      Je me joins à vous pour encourager chacune et chacun à aller chercher son arrosoir d’amour… pour soi-même et pour que cela rejaillise aux alentours…
      Merci Patricia, vraiment. Vos commentaires sont toujours très pertinents. C’est bien agréable. A bientôt !

      Répondre

Ajouter une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *