C’est dur le vélo ! hover background

juil 10
2015

TEDx de l’intérieur

Je n’avais pas imaginé en rejoignant l’équipe organisatrice du 1er TEdx de Lorient, que cela allait me mener au vélo…

Autant les conférences TED m’ont émue, inspirée et motivée, alors contribuer à les faire exister à Lorient, c’était une évidence, une grande joie, et j’y suis allée avec le sourire. Autant le vélo… je ne l’ai pas vu arriver, et là je le regarde « comme une poule devant un couteau » comme dirait ma grand-mère !

J’ai fait partie de la commission orateurs, la commission chargée d’accompagner les futurs orateurs à se dépasser pour proposer une conférence avec toute l’énergie du modèle TED. Quand la question s’est posée de savoir si quelqu’un avait un lien avec la prison, j’ai levé le doigt en disant que j’avais donné des cours à la prison de Ploemeur pendant mes études, via le GENEPI.

Un autre que je ne connaissais pas encore, Thierry Noëllec, médiateur des conflits dans la vie, s’est manifesté aussi pour dire qu’accompagner le directeur du centre pénitentiaire de Ploemeur, pressenti pour une conférence, cela l’intéressait bien. Nous voilà officialisés tous les deux pour trouver une façon d’annoncer à Jean-Paul Chapu que nous le verrions bien sur scène le 4 juillet 2015. Il nous a fallu 3 mois pour réussir à le rencontrer, une persévérance qui va mener plus loin que prévu.

Au détour d’un défi

Jean-Paul Chapu c’est un homme étonnant avec un parcours …. étonnant. Il a le sport dans la peau, il manage grâce au sport (le vélo!), il libère les potentiels grâce au sport, il réinsère grâce au sport, il re-socialise grâce au sport. Concrètement cela donne l’organisation d’évènements « étonnants » : marathons et de Tours de France cyclistes avec et pour les détenus (via son activité professionnelle), avec et pour les handicapés (via son association « Osons les défis »): des étapes de montagne, de nuit, des jours durant, des défis très difficiles de prime à bord, impossibles aux yeux du plus grand nombre et qui finalement s’avèrent possibles à force de courage, d’entraînements, d’entraide.

Au fil de nos rencontres, de nos séances de préparation pour le Jour J du 1er tedx Lorient, j’ai apprécié de plus en plus le fait de l’aider à se dépasser sur ce nouveau défi, mais j’ai senti également une vive douleur se raviver. Aïe, j’ai moi aussi dans une autre vie fait du sport, beaucoup de sport, et je ne suis pas arrivée au même résultat…

Quand l’élève est prêt, les maîtres apparaissent…

Le sport rime pour moi avec douleur infinie.  A 10 ans, j’ai fait connaissance avec le harcèlement scolaire, ce harcèlement injuste, violent et répétitif qui détruit les illusions et toute raison de vivre, qui insécurise terriblement. Les amis d’hier sont devenus ma pire terreur, des élèves inconnus aussi. Pourquoi me direz-vous ? Juste parce que j’habitais dans le collège que j’allais désormais fréquenter comme élève, j’y habitais parce que mes parents y travaillaient, et j’étais bonne élève, c’était sûrement une situation intolérable et injuste pour d’autres, situation à laquelle je ne pouvais pourtant pas grand chose.

Mon cerveau a alors filtré tout le brouhaha extérieur, j’ai d’abord essayé d’analyser, de comprendre ce qui se passait, d’imaginer avec la peur au ventre, ce qui allait se passer pour peut-être mieux m’y préparer. J’ai tant pleuré.  J’ai aussi assez vite chercher à savoir ce que je pouvais faire pour conquérir le respect des autres.

 

Portrait-Elise-Rennes-

J’ai alors sauté dans le train du sport qui passait par là, le collège avait une classe inspirée du sport-étude. J’ai fait du sport, beaucoup de sport. Pas qu’à l’école, en activité extra-scolaire aussi. De la natation, du tennis, du hand-ball, de l’athlétisme, du volley-ball, des entraînements, des compétitions, des entraînements, des compétions… Au fil des réussites, j’avais l’impression de regagner un peu de respect, un peu.

Je n’ai jamais « aperçu » la moindre endorphine par contre, aucun plaisir, aucun bien-être à avoir parcouru ces kms à la nage, ces terrains dans tous les sens. J’ai retenu 2 choses à l’époque, 2 leçons de survie en apparence, 2 recettes empoisonnées en réalité : « Sois parfaite » et « Sois forte ». A ces conditions là, je croyais que j’aurais peut-être une chance d’avoir de nouveau des amis.

Pendant toutes ces années, j’étais dans l’équipe qui était de toutes les compétitions, j’étais 1ère de ma classe, mais aussi déléguée de classe. Histoire d’être jolie aussi,  j’ai accepté moultes traitements difficiles et continus contre l’acné, des appareils de torture pour redresser mes dents. J’avais même réussi à construire un personnage assez drôle, je les faisais rire assez souvent, mes « amis ». Ce n’était malgré tout pas assez pour être aimée, pour appartenir au groupe, je jouais à l’équilibriste à la lisière du groupe, sans cesse menacée d’être sortie du jeu.

J’ai 19 ans, j’ai tenu comme cela pendant toute ma scolarité et puis Boom ! C’est d’abord mon cœur qui a fait boom, puis mon corps a fait boom. Je suis tombée amoureuse, comme plusieurs fois déjà, mais cette fois c’était réciproque. Comment ? Est-ce qu’un autre être humain autre que mon père ou ma mère pouvait m’aimer ? pour de vrai ? Oui !
J’ai alors tout lâché, absolument tout, en un clin d’oeil. Le Sport, les études, la discipline, la docilité, j’ai changé de vie.

Fortissimo

J’ai grossi. Beaucoup. Mes souffrances d’enfant et d’adolescente, je n’ai su que les recouvrir de kilos façon guimauve, de douceur absolue, de chocolat tendre et sucré, jusqu’à aujourd’hui.
Rien que d’écrire ces mots, je ressens les douleurs que j’ai voulu oublier.
Perdre ces kilos, ce serait  risquer de souffrir à nouveau.

Je ne peux pas encore perçevoir que perdre cette immensité de kilos ce serait plutôt gagner en légèreté, ce serait d’ être en capacité d’avancer avec fluidité, ce serait même me sauver la vie. Je suis forte aujourd’hui, très forte même, sacrément forte : mon cerveau n’a pas fait dans le second degré, et je suis encore emprisonnée dans cette croyance construite depuis mon enfance « Sois forte ».

Ces dernières années, je me suis plus concentrée sur l’injonction « Sois parfaite », j’ai clairement évolué sur l’idée que je ne voulais plus être parfaite, que je voulais être moi. J’ai appris l’estime de soi, la connaissance de soi, la bienveillance, j’ai appris à découvrir qui je suis, mes talents et mes envies. J’ai simplement gardé du passé l’exigence de qualité, la persévérance, le besoin d’intensité et finalement l’humour aussi, c’était bien moi …. Et c’est loin d’être fini. J’apprends toujours.

Le moment doit être venu de cesser aussi de vouloir être forte. Faussement forte. Pour quoi forte ?

Alors quand j’ai entendu Jean-Paul raconter les défis qu’il a relevés grâce au sport, auprès de personnes qui ont des parcours très difficiles, j’ai surtout entendu que ces personnes ont réussi à s’en sortir parce qu’elles ont acceptées de faire face à leurs faiblesses, à leurs douleurs, à leurs insuffisances du moment, c’est en leur faisant face qu’elles ont disparu, qu’elles se sont transformés en forces, en confiance, en atouts. Ces personnes ne sont pas non plus restées seules, le groupe les a aidées.

J’ai réussi à dénicher un vélo d’appartement abandonné. Je crois qu’il y en a beaucoup en fait… Mon mari l’a gentiment installé dans notre chambre avec une vue imprenable sur notre lit, seul endroit libre dans notre maison en travaux pour le moment ! Comme la torture ce n’est plus pour moi, je vais quand même lui trouver une autre place…. Pédaler avec vue sur un lit douillet, le comble !

En attendant, je suis montée déjà dessus plusieurs fois. J’ai mal aux fesses, aux genoux, je suis essoufflée et je m’impatiente (grave !). Comme dirait Coluche « C’est dur le vélo ! » Mais quelque chose a changé. Je le fais pour moi, je le fais doucement, patiemment, comme je peux. Bien sûr je m’étais dit au départ : je dois faire 45 min chaque jour. C’est le minimum, en dessous de 45 min, on ne brûle aucune graisse ! Alors quitte à souffrir…

Jean Paul Chapu m’a conseillé de faire déjà 20 min 3 fois par semaine. D’y aller doucement. Alors au diable les graisses à brûler, de toute façon je ne tenais pas…
20 min, 3 fois par semaine, cela me va mieux, ce serait déjà merveilleux d’y arriver. Mes 2 filles m’encouragent, elles tiennent le chronomètre, c’est follement émouvant.

Ensemble c’est mieux

Le 4 juillet, c’est le final, la journée TEDx Lorient, la 1ère édition. J’ai vécu une journée magnifique. Les orateurs étaient beaux, profonds et drôles, et toute l’équipe organisatrice était heureuse et enjouée. Un moment à part.

J’ai renoué avec l’idée que les grands moments, cela se prépare, ils sont précédés de stress, de peurs, de difficultés, mais la récompense est là ! J’ai renoué avec l’idée du collectif : ensemble, les gens peuvent aussi générer de très belles choses : si la bienveillance et le partage sont là, les émotions et le bonheur sont juste puissamment amplifiés !

Je vais choisir de rejoindre un groupe, histoire de garder le cap de l’énergie qui me porte aujourd’hui. Je tiens à me donner toutes les chances de continuer le vélo, y trouver du plaisir, y dépasser mes limites. Peut-être l’association Osons les défis justement.

Je sais aujourd’hui que j’ai des talents singuliers, comme tout à chacun, et je goûte encore, et depuis 15 ans maintenant, au bonheur de les partager, de contribuer à l’épanouissement des autres : cela me rend clairement heureuse d’aider les autres. Cela n’a été possible qu’en passant par les étapes :  apprendre à se ressourcer, à prendre soin de moi, apprendre aussi à cocréer avec les autres en toute confiance. Ces étapes sans doute incontournables pour avoir le ressort de dépasser des moments plus douloureux, plus enfouis de ma vie.

Peu à peu j’accepte l’idée de reçevoir des encouragements et de bénéficier des talents des autres pour regarder ces parties de moi que je n’ai pas encore explorées, pour continuer à apprendre que derrière mes peurs peuvent émerger du beau, et tant de chouettes surprises que je n’imagine pas encore. J’apprends à être aidée à mon tour. Cela me rappelle la conférence de Brene Brown, magnifique conférence sur le pouvoir de la vulnérabilité.

Merci infiniment à Michel, mon mari, qui m’a libérée. Nous regardons toujours aujourd’hui dans la même direction, l’un aide l’autre à évoluer du mieux qu’il le peut.

Merci infiniment à Jean-Paul, qui a sans le savoir réveillé en moi un vélo qui sommeillait. Je ne le savais pas non plus… c’est ça qui est beau.

Avec Humour…

PS : Je viens de réaliser que j’avais parsemé déjà plusieurs images de vélo, de bicyclettes dans mon univers Heuliad. Tout est écrit, c’est sans doute vrai.

Liens pour aller plus loin !

Voici la vidéo Tedx de Jean-Paul Chapu, et sur le site de Tedx Lorient ci-dessous, vous allez découvrir les autres magnifiques orateurs de la 1ère édition TEDx Lorient.
Conseil : Ecoutez les conférences en finissant par l’intervention de Morgan Mansouri… Je ne vous dis rien d’autre !

Rendez leur visite !

TEDx LORIENT

Association OSONS LES DEFIS

Thierry Noëllec, MEDIATEUR des conflits

Le GENEPI

Tedx Lorient - Osons les défis - Coaching

Une petite chanson ?

 

Crédits photo : Fotolia

12 commentaires

  1. Thierry Noëllec
    juillet 10th, 2015 18:35

    J’adore ton article, Elise ! Tant de sensibilité alliée avec de l’humour et de l’audace ! Ouah ! Grand plaisir de lecture. Merci à toi. Et si tu veux bien, repartons ensemble pour l’an prochain ! Bises <3

    Répondre

    • Elise
      juillet 13th, 2015 21:32

      Avec plaisir Thierry ! Ton message me touche beaucoup…
      A très bientôt !

      Répondre

  2. Chapu Jean-Paul
    juillet 10th, 2015 23:38

    Très joli texte qui te permettra d’aborder encore plus facilement ton défi. Être en osmose avec son corps pour pouvoir l’emmener pourquoi pas à des émotions inoubliables!
    En attendant, 3 entraînement de 20 mn par semaine, pendant 1 mois.

    Enfin, si vous repartez sur une expérience bis, je veux bien vous y accompagner !! Jpaul

    Répondre

    • Elise
      juillet 13th, 2015 21:34

      Je suis les consignes du coach avec assiduité pour le moment !
      Va savoir où cela mènera….
      Avec plaisir pour une expérience bis ! et vraiment Merci d’avoir été aussi inspirant… A bientôt Jean-Paul !

      Répondre

  3. Aurélie
    juillet 16th, 2015 10:45

    Douce Elise ! merci pour ce beau texte plein de sensibilité et d’authenticité !
    Après mon voyage quantique, je lis entre tes lignes, entre tes mots ! Tu es déjà en mutation quantique !
    Bravo ! Bravo ! Formidable !
    Je t’embrasse
    Beau et joyeux été à toi

    Répondre

    • Elise
      juillet 17th, 2015 12:25

      Merci beaucoup Aurélie, quel bonheur de te lire ! Je suis ravie d’être en mutation quantique… enfin !
      C’est vraiment chouette d’avoir partagé ici ton avis !
      Très bel été à toi aussi ! A tout bientôt pour la suite de nos aventures quantiques !

      Répondre

  4. Marina
    juillet 16th, 2015 11:27

    Bravo Elise, ton texte est magnifique et me parle beaucoup !!
    A très bientôt,
    Bises

    Répondre

    • Elise
      juillet 17th, 2015 12:27

      Bonjour Marina, Merci beaucoup pour ton message, je suis heureuse que la portée de cet article se fasse bien au delà de moi, je l’espérais même alors c’est très émouvant à partager…
      A tout bientôt Marina.

      Répondre

  5. Patricia
    juillet 16th, 2015 11:58

    Félicitations Elise
    Décidément, depuis quelques mois il y a de sacrées avancées nécessaires pour certaines personnes. Et tu as choisi d’attraper le guidon du vélo qui te faisait de l’oeil.
    Je suis certaine que ton corps et ton coeur vont t’en remercier.
    Impatiente de savoir la suite de tes aventures :-)
    Je t’embrasse Madame la Cycliste !

    Répondre

    • Elise
      juillet 17th, 2015 12:29

      Bonjour Patricia !
      Un grand merci pour tes encouragements ! Pour l’instant je continue à pédaler et j’essaie de mémoriser toute sensation agréable… après surtout !
      Suite au prochain épisode alors, en attendant vos messages, et ton message font vraiment du bien…
      Merci et à tout bientôt Patricia !
      Que cet été soit libératoire pour tout le monde !

      Répondre

  6. Malet
    juillet 16th, 2015 15:19

    Bravo Elise pour ce beau témoignage, sincère et touchant qui me montre que nous avons vraiment pas mal de points communs, dont l’expérience TEDx. Quel régal ! Pour ce qui est du sport et surtout de l’attention à soi, c’est en route aussi ici aussi. Je te partage un joli talk qui parle de sport comme point d’appui et leçon de vie sur son parcours : https://www.youtube.com/watch?v=NWYyXmEPTgk&feature=share&list=PLsRNoUx8w3rMjz-rVDb0sX2DHBarwhm2-&index=6
    Bonne route sur ce chemin.
    Sandrine

    Répondre

    • Elise
      juillet 17th, 2015 12:33

      Bonjour Sandrine,
      Merci beaucoup d’avoir pris soin de partager ton message ici !
      Je vais regarder la vidéo avec grand plaisir, c’est a priori pile ce qui pourrait entretenir la motivation…
      C’est fou comme ceux qui vivent des choses proches s’attirent ! c’est quantique !
      Je te souhaite aussi une belle évolution… Merci encore pour message.

      Répondre

Ajouter une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *